Les silences du journalisme: actes en ligne

18 mai 2015 par  
Filed under français, português, Publications

Les communications du troisième colloque MEJOR, qui s’est déroulé en mai 2015 autour des silences du journalisme, sont à présent en ligne: http://mejor2015.sites.ufsc.br/?page_id=411.

Os trabalhos do 3º Colóquio MEJOR, que aconteceu em maio de 2015 com o tema dos silêncios de jornalismo, estão agora disponíveis on-line: http://mejor2015.sites.ufsc.br/?page_id=411 .

Read more

ACTES/ATAS: Les mutations structurelles du journalisme (MEJOR)

31 janvier 2014 par  
Filed under français, langues, português, Publications

Les organisateurs du colloque Mutations structurelles du journalisme qui s’est déroulé à Natal en mai 2013 annoncent la publication des Actes du colloque.

Ces actes complets sont disponibles en format pdf.

A organização do Colóquio Mudanças Estruturais do Jornalismo, event que aconteceu em Natal em maio de 2013, anuncia a publicação das Atas do Colóquio.

Elas estão disponíves em formato pdf.

Médias et identités nationales

2 décembre 2013 par  
Filed under Annonces, english, français, langues, Séminaires, colloques

MEDIAS ET IDENTITES : ACTEURS OU INSTRUMENTS DE LA CONSTRUCTION DES APPARTENANCES COMMUNAUTAIRES, ETHNIQUES ET NATIONALES ?

 

MEDIA AND IDENTITIES : ACTORS OR INSTRUMENTS IN THE CONSTRUCTION OF COMMUNITY, ETHNIC AND NATIONAL BELONGINGS?

 

When? 16 et 17 Dec. 2013

Where ? : ULB, Solbosch, Room K. 4. 601

Languages : English & French

Programme & information : medias.identites.ulb.ac.be

 

Inscription gratuite mais obligatoire auprès de marie.fierens@ulb.ac.be

Attendance is free but registration is required. Please register by sending an email to marie.fierens@ulb.ac.be

 

Publication : Journalisme, banlieue, production d’un lieu commun

15 octobre 2013 par  
Filed under français, Publications

Jérôme Berthaut
La Banlieue du « 20 heures »
Ethnographie de la production d’un lieu commun journalistique

« Dans les re?dactions, la cate?gorie « banlieue » sert a? de?signer un ensemble de sujets possibles et qui ont de?ja? fait leur preuve, dont on estime qu’ils ont fonctionne? et fonctionnent ge?ne?ralement aupre?s du public. C’est pour cela que les cate?gories de classement ethniques ou stigmatisantes font irruption au sein des re?dactions. Elles y ont une utilite? sociale pratique en re?duisant pour les journalistes l’impre?visibilite? du travail. Elles permettent de tenir ensemble plusieurs contraintes (de temps, e?conomiques, e?ditoriales) en proposant des raccourcis cognitifs possibles et accessibles a? la plupart des journalistes. »

Plonge?s dans un collectif de travail re?gi par des logiques e?conomiques (audience, productivite?), le poids des sources le?gitimes et des mode?les professionnels importe?s de l’audiovisuel commercial, les journalistes de France 2 fabriquent et perpe?tuent les lieux communs sur les habitants des quartiers populaires pour satisfaire dans l’urgence la commande de reportages pre?de?finis par leur hie?rarchie. A? partir d’une enque?te mene?e au plus pre?s des pratiques quotidiennes des journalistes, ce livre propose une explication sociologique a? la permanence des repre?sentations re?ductrices ve?hicule?es par certains contenus me?diatiques.

Sociologue, maître de conférence à l’université de Bourgogne et membre du Ciméos, Jérôme Berthaut est chercheur associé au laboratoire « Migrations et société » (URMIS-CNRS). Ses recherches croisent sociologie des médias et sociologie de l’immigration.

Dossier de presse sur <www.agone.org/labanlieuedu20heures>

ISBN : 9782748901894
432 pages
12 X 21 cm
23.00 euros

Summer School at The London School of Economics

Applications are now invited for The London School of Economics’

Summer School ‘International Journalism and Society – The Role of the Media in the Modern World’.

This three week course aimed at students and media practitioners from undergraduate level upwards is in its 6th year, run by the LSE’s media think-tank Polis and taught by LES Media and Communications Department lecturers with daily guest speakers. It covers every aspect of global news media from core journalism ideas such as objectivity to the role of new media in protest and revolution.

Details can be found here or by e-mail at : polis (at) lse.ac.uk.

The changing face of journalism in India

20 juin 2011 par  
Filed under Appels à com' et à publi', english

The India Media Centre is organizing a conference in September on the changing face of journalism in India, monday 12 September 2011, at the University of Westminster (309 Regent Street, London). Conference organizer: Professor Daya Thussu, Co-Director of India Media Centre, University of Westminster

The transformation of journalism in India – the world’s largest democracy and one of its fastest growing economies – has implications for journalism around the world. With approaching 100 round-the-clock news channels – unrivalled in any other country – India boasts the world’s most linguistically diverse news landscape. This offers exciting opportunities, as well as challenges to professional journalists and scholars of international journalism. The India Media Centre, the world’s first academic centre dedicated to study globalizing tendencies of media in India, is organizing a pioneering conference to address the implications of this major media development. This international gathering will bring together journalists and journalism scholars from around the world to examine the changing face of journalism in India and its impact on the rest of the world. According to the World Association of Newspapers, the sale of newspapers in India is booming: circulation grew by 46 per cent between 2000 and 2008 and more than 99 million copies of newspapers are sold in India every day. The Times of India is now the world’s largest circulated, English-language ‘quality’ newspaper. From FM and community radio to on-line media, journalists are finding new ways to communicate with a demanding and fragmenting audience, including a young and vocal, middle-class diaspora. International media conglomerates – from financial, to sport journalism to entertainment news – are extending and embedding their operations into what is one of the world’s biggest news bazaars.

Read more

Subjectivité journalistique

10 novembre 2010 par  
Filed under français, Publications

A paraître en novembre aux éditions de l’EHESS, un ouvrage de Cyril Lemieux sur la subjectivité journalistique.

Quelle est la marge de manoeuvre des journalistes, face à leur hiérarchie, aux contraintes financières ? Sociologues, politistes et historiens questionnent cette position. Ils étudient comment les journalistes d’hier et d’aujourd’hui sélectionnent l’information, prennent des décisions, inventent des formes nouvelles. Organisé en onze leçons selon deux axes – l’autonomie au travail des journalistes, et leurs choix de carrière, ce livre contribue à une plus fine connaissance sociologique et historienne des mondes du journalisme. Les articles nous révèlent de l’intérieur l’organisation du travail des rédactions dans différents médias, des parcours de journalistes, leurs contraintes, leur part d’inventivité personnelle. À l’encontre d’une approche opposant leur contrainte absolue à leur entière liberté, ce livre dévoile les fonctions idéologiques de ces deux visions. Au-delà d’éclairer un débat intellectuel et public, les contributeurs proposent des nouvelles pistes pour libérer le discours journalistique.

Le sommaire détaillé de l’ouvrage est disponible sur le site des éditions de l’EHESS.

320 pages, 16 euros, édité par les éditions de l’EHESS, ISBN: 978-2-7132-2264-1

Journalisme et consultants

8 octobre 2010 par  
Filed under Annonces, français, Séminaires, colloques

Un séminaire se tiendra le vendredi 22 octobre 2010 autour des travaux de Marie Brandewinder, docteure en science politique : Les consultants et le journalisme : le conseil médias dans les entreprises de presse.

Les consultants médias, au sens de consultants d’entreprise intervenant sur la gestion, l’organisation, la production et le « produit », jouent un rôle croissant dans le secteur des médias, y compris dans ceux qui – la presse quotidienne, par exemple – s’en sont longtemps passés.

Cette évolution s’inscrit dans le mouvement plus large d’importation des logiques économiques et financière dans ce secteur. Au-delà de cette généralité, la fonction exacte des consultants est difficile à cerner. Leur intervention ne semble pas affecter l’activité du média considéré, du moins si l’on retient de celle-ci une définition industrielle de production et de commercialisation de contenu médiatique. Focalisée sur les représentations et les critères d’évaluation, l’action des consultants contribue justement à faire évoluer la définition de l’activité des entreprises de médias, à les inscrire dans de nouveaux référentiels et de nouveaux réseaux : non plus politiques ni même industriels mais financiers.

Site Pouchet du CNRS – 10h-12, Salle 124. Discutant principal : Nicolas Hubé, maître de conférences à l’Université Paris 1.

Rappel: Le journalisme, une activité collective

14 septembre 2010 par  
Filed under Annonces, Appels à com' et à publi', français

Le groupement des laboratoires CARISM, CRAPE, ELICO, GRIPIC organise un colloque sur le thème:

Le journalisme, une activité collective. Formes, acteurs, pratiques, enjeux.

Le colloque est prévu les 17 et 18 mars 2011, à Paris. La soumission des propositions est attendue pour le 30 septembre 2010.

Même s’il fut réalisé par des hommes-orchestre qui faisaient tout de leur journal, de la recherche d’information à la vente en passant par l’impression, le journalisme s’est développé comme une activité aux facettes multiples qui met en relation, et synergie, des acteurs non moins variés : les informateurs, les reporters, les chroniqueurs, les spécialistes, les secrétaires, les administratifs, les ouvriers, les ingénieurs, les commerciaux, les cadres, les propriétaires… Et cette dimension collective s’est définitivement installée avec l’industrialisation de la presse durant la seconde moitié du 19e siècle, où l’on commença à comparer le journal à une « usine ».

Et pourtant, la représentation du métier est associée, notamment dans les discours des journalistes eux-mêmes, à une pratique individuelle, voire individualiste, qui forgerait des identités rétives à la coopération. Pensons à la figure du reporter débrouillard, à l’éditorialiste incarnant dans son art personnel une pensée plurielle, à la notion d’auteur à laquelle les journalistes, attachés au salariat par ailleurs, tiennent absolument, à la compétition attisée avec les corps de la fabrication et de la vente au sein des entreprises… le métier serait un hétéroclite attelage de personnalités que ne relieraient que des intérêts contingents.

Le reste de l’appel à communication est disponible en téléchargement sous format pdf.

Penser la littérature par la presse

5 février 2010 par  
Filed under français, Publications

Guillaume Pinson et Maxime Prévost ont dirigé le dernier numéro de la revue Études littéraires (40, 3) autour du thème: « Penser la littérature par la presse« .

Ce numéro d’Études littéraires se propose de réfléchir aux relations entre la presse et la littérature, de la fin du XVIIIe au XXe siècle. Si naguère la recherche distinguait soigneusement les territoires médiatiques et littéraires, le renouveau de l’histoire culturelle et de l’histoire littéraire, ainsi que la vague de fond sociocritique nous ont appris à revisiter ces frontières trop communément acceptées. Certes, nulle discipline scientifique ne peut penser et se penser sans frontières : ici le territoire de la littérature, les rapports d’un texte avec son « co-texte », l’établissement des limites d’un corpus, ou encore toute la question des effets du texte sur le social, effets qui supposent à la fois des passages et des blocages entre le texte et le monde. Pour les historiens comme pour les littéraires, il n’y a sans doute pas de pensée possible sans frontière, sans limites et sans articulation fines de ces frontières et limites.
Or, les études actuelles de la presse, qu’elles soient celles de l’histoire culturelle, de l’histoire littéraire, de la sociocritique ou de la sociologie de la littérature et de l’imprimé, sont emportées dans un grand mouvement de redéploiement. La raison essentielle en est sans doute la prise de conscience de l’immense valeur qui gît dans ce continent englouti qu’est la presse. En revisitant les hiérarchisations des corpus et les collaborations d’à peu près tous les écrivains à la presse; en explorant et en analysant les genres médiatiques qui constituent le corpus journalistique; en mettant en relation directe les poétiques médiatiques et les poétiques littéraires pour voir comment elles interagissent; en réévaluant à la hausse la qualité sémiotique accordée aux diverses représentations issues du journal, susceptibles, peut-être aussi bien que le roman, de dire le monde qui les a vues naître : en tout cela les études littéraires confèrent une valeur irremplaçable à l’objet journal et y trouvent une source de leur renouvellement. Ce numéro d’Études littéraires entend contribuer à cette réflexion et invite à penser la littérature par la presse.

Page suivante »